Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portes de l'Aggartha

Initiation spirituelle et Révélation

13 Sep

Au delà du dogme ce trouve l’unité

Publié par l'objet du destin

article en 3 parties :  KABBALE - (Genèse et Aitareya Upanishad) -(Tao Tö King,bouddhisme et Ibn Arabî)article en 3 parties :  KABBALE - (Genèse et Aitareya Upanishad) -(Tao Tö King,bouddhisme et Ibn Arabî)article en 3 parties :  KABBALE - (Genèse et Aitareya Upanishad) -(Tao Tö King,bouddhisme et Ibn Arabî)

article en 3 parties : KABBALE - (Genèse et Aitareya Upanishad) -(Tao Tö King,bouddhisme et Ibn Arabî)

Au delà du dogme ce trouve l’unité

KABBALE

"La plus haute connaissance est ce que l'on ne peut pas connaître, l'interrogation qui représente les bornes supérieures de la compréhension humaine : " Qui ? "-" Mi ?" C'est le deus absconditus que seules peuvent définir la négation et la négation de la négation..../...

C'est le dieu latent ne pouvant être conçu avec des termes terrestres. Le plus souvent un terme négatif le désigne, En Sof, "sans fin", c'est-à-dire Infini mais en quelque manière Non-être, En—non pas absence totale d'être mais potentiel non manifesté, Ce En qui se révélera en Ani (qui signifie

" Je" ).

L'En Sof est Dieu pensé par Dieu. Tous les autres Noms désignent Dieu pensé par l'homme et se rapportent donc à l'Eternel qui s'est manifesté en créant, s'est révélé à Moïse sur le Sinaï, et a donné sa Loi au peuple d'Israël. Elohim n'est pas une hypostase de l'En Sof, mais la limite au niveau de laquelle l'homme peut concevoir Dieu — qui en réalité ne descend jamais jusqu'à notre ignorance, et qui se tient toujours au-dessus de la Sagesse elle-même.

Il existe donc deux mondes divins qui en réalité ne font qu'un, unis comme le charbon et sa flamme. Le premier, inintelligible et au-dessus de tout connaître, ne peut être imaginé qu'à travers un mot: En Sof. Le second par lequel il est possible d'approcher une compréhension de Dieu est le monde des Séphirotes. " Rabbi Siméon Bar Yochaï.

En Sof Aur : la lumière sans limite, juste après Kether

- En Sof : l'illimité ou l'incompréhensible.

- En ou la négation, cela désigne l'être ou l'existence d'une nature qui échappe à notre pensée.

אין סאָף אַור: ליכט אָן שיעור, נאָר נאָך קעטהער

- אין סאָף: די אַנלימאַטאַד אָדער ינגקאַמפּראַכענסיבאַל.

  - אין אָדער אָפּלייקענונג, עס מיטל זייַענדיק אָדער עקזיסטענץ פון אַ נאַטור וואָס איז ווייַטער פון אונדזער טראכטן.

...(suite)

Au delà du dogme ce trouve l’unité


Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.
La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme,
et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.

Genèse Chapitre 1

Adhyaya I – Chapitre I

I-i-1: Au temps des commencements, il n'existait que l'Atman, et uniquement lui. Il n'existait rien d'autre qui puisse émettre une lueur. L'Atman délibéra : « Je vais créer les mondes. »

I-i-2: Il créa ces mondes, à savoir : Ambhas, le monde de l'eau, Marichi, le monde des rayons solaires, Mara, le monde des mortels, et Apas, le monde des eaux*. Là-bas se trouve Ambhas, au-dessus des cieux; et le ciel est son support. Marichi est l'espace intermédiaire. Mara est la terre. Ce qui se situe en-dessous est Apas.

* Difficile de distinguer Ambhas et Apas, les deux étant l'eau; selon P. Deussen, Ambhas est le Déluge, le Flot de l'océan céleste au-delà du ciel, Apas étant l'Eau primordiale qui est utilisée comme base pour le monde terrestre. L'espace, la terre et les cieux sont donc “entre deux eaux”.

I-i-3: L'Atman pensa : «Voici donc les mondes. Je dois maintenant créer les gardiens des mondes. » Il fit sortir des eaux un être humain (Purusha) et le façonna.

I-i-4: Il le couva (comme un œuf, Hiranyagarbha ?), puis le fit éclore. La bouche de l'être humain se fendit, comme le fait un oeuf. De cette bouche sortit Vak, la parole; de la parole sortit Agni, le feu. Les narines apparurent, il en sortit Prana, le souffle de vie; du souffle de vie sortit Vayu, l'air. Les yeux apparurent, il en sortit le sens de la vue; de la vue sortit Aditya, le soleil. Les oreilles apparurent, il en sortit le sens de l'ouïe; de l'ouïe sortirent les directions. La peau apparut; de la peau, sortit le système pileux; du système pileux sortirent les herbes et les arbres. Le cœur apparut, il en sortit Manas, l'organe mental; de l'organe mental sortit Chandra, la lune. Le nombril apparut, il en sortit Apana, le souffle d'expulsion; du souffle d'expulsion sortit Mrityu, la mort. Le membre viril apparut, il en sortit la semence; de la semence sortirent les eaux.

Aitareya Upanishad

Au delà du dogme ce trouve l’unité

Chapitre 1 :

(L'être) sans nom est l'origine du ciel et de la terre ; avec un nom, il est la mère
de toutes choses.

无 名 天 地 之 始
有 名 万 物 之 母.


chapitre 42 :
Le Tao a produit un ; un a produit deux ; deux a produit trois ; trois a produit tous les êtres.
Tous les êtres fuient le calme et cherchent le mouvement.
Un souffle immatériel forme l'harmonie.

道生一。
一生二。
二生三。
三生萬物。
萬物負陰而抱陽,
沖氣以為和。

Tao Tö King, Lao Tseu

bouddhisme :

les trois corps bouddha
dharmakaya, sambhogakaya et nirmanakaya

« Dharmadhatu: « espace de la réalité absolue », « dimension du réel ». Il s'agit de la dimension globale, la sphère non duelle perçue par les Bouddha en Dharmakaya, dimension de la vraie nature des phénomènes, la vacuité immuable au delà de la cause et de l'effet. »

Le dharmakaya est l'Absolu, l'essence de l'univers, l'unité de toutes choses et les êtres, non-manifesté. Le dharmakaya est au-delà de l'existence ou de l'inexistence, et au-delà des concepts. La fin de Chogyam Trungpa appelé le dharmakaya "la base du non être d'origine."

bouddhisme


Le Traité de l'Unité Ibn Arabî


Au nom d'Allah, le Clément, le Miséricordieux. Nous implorons Son secours.Gloire à Allah,
avant l'Unité duquel il n'y a pas d'antérieur, si ce n'est Lui qui est ce Premier ;après la Singularité duquel il n'y a aucun après, si ce n'est Lui qui est ce Suivant. À propos deLui, il n'y a ni avant, ni après, ni haut, ni bas, ni près, ni loin, ni comment, ni quoi, ni où, niétat, ni succession d'instants, ni temps, ni espace, ni être : "Il est tel qu'Il était". — "Il estl'Unique, le Dompteur" sans les conditions ordinaires de l'Unité. Il est le Singulier sanssingularité. Il n'est pas composé de nom et de nommé, car le nom est Lui et le nommé estencore Lui. Il n'y a pas de nom sauf Lui. Il n'y a pas de nommé en dehors de Lui. C'est pourquoi il est dit qu'Il est le nom et le nommé. Il est le Premier sans antériorité. Il est leDernier sans les conditions ordinaires de la finalité, c'est-à-dire sans finalité absolue.

Ibn Arabî Traduction Abdul-Hâdi (1911)

Commenter cet article

personal cloud storage 30/04/2014 11:36

Controversial! Yet interesting! It is believed that there are two divine worlds. In some books it is just mentioned as one. God is the ultimate being in existence. Thank you so much for updating this informative article. Keep sharing.

À propos

Initiation spirituelle et Révélation